Petites nuits blanches

ciel-etoiles-default-big

Ces nuits où le sommeil refuse de vous ouvrir ses portes, dans le noir on fixe les quatre coins de la pièce en espérant fatiguer ses paupières, mais tenace qu’elles sont, elles résistent presqu’avec insolence. Et c’est à ce moment qu’on commence a penser à la journée qu’on a eu, à comment on s’est emmerdé au boulot ou à ce qu’on a bien pu faire toute la journée, ou tout simplement on se dit encore une journée perdue, il ne s’est rien passé d’intéressant. Dans un certain monde où les jours passent et ne se ressemblent pas, c’est un monde où on choisit sa vie, où l’on peut choisir sa famille et même avec quels cœurs nos enfants naitront, afin qu’ils soient toujours du bon coté et que jamais ils ne deviennent criminels et n’entrent dans une bande de mafioso. Un monde pas si rose que dans les rêves les plus fous, comme ceux dans lesquelles on marche et l’on ramasse une mallette pleine de billet de banque, de quoi passer le restant de ses jours sans plus aller au boulot s’emmerder avec un patron qui transforme l’atmosphère au gré de ses humeurs. Qui d’entre vous n’a jamais fais ce rêve, même éveillé? Et oui c’est bien ça, on l’a tellement fait et refait que le scénario remporterait un oscar tellement chaque détail a déjà été minutieusement réfléchi. Que c’est beau de rêver certains soirs ! Un monde où l’Afghanistan serait le pays de premier choix pour des vacances en famille, où le grand canyon serait une mine d’or ouverte a tous, bon ça c’est un peu trop… Mais on est là, parce qu’il n’y a nul part où aller, ceux à qui mère nature a donné la voix chantent, d’autres dansent, et nous on écrit ! Peut être parce que c’est la meilleure chose que l’on sache faire. Écrire, pour laisser ses empreintes quelque part dans un monde virtuel, où juste pour le plaisir de savoir que l’on sera lu par quelqu’un à l’autre bout du monde, quelqu’un qui a aussi raté son train du sommeil, assis à la gare il supplie Morphée de bien vouloir lui ouvrir ses bras pour se reposer et oublier que la vie est ce qu’elle est, mais que demain est un autre jour ! Les mots, juste parce qu’ils ne nous quittent jamais, même quand on ne peut les écrire, ils sont présents dans notre esprit, et parfois c’est eux qui nous aide à nous endormir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *